01 décembre 2007

 

Evaluation PISA

Le programme PISA (acronyme pour Programme international pour le suivi des acquis des élèves) est un ensemble d'études de l'OCDE visant à mesurer les performances des systèmes éducatifs des pays membres. Leur publication est triennale. La première étude fut menée en 2000
PISA 2006 concerne 57 pays et évalue le niveau des jeunes de 15 ans avec une priorité cette année pour la culture scientifique. Les jeunes français se situent un peu en-dessous de la moyenne avec 495 points. La France qui était 10ème en 2003 descend au 17ème rang, si l'on compare les mêmes pays en 2003 et 2006. Sept pays passent devant la France : l'Allemagne, l'Autriche, la Belgique, la Hongrie, la Suède, la Pologne et le Danemark. En tête du classement international on trouve la Finlande , Hong Kong, le Canada, Taiwan et le Japon. Les Etats-Unis, la Russie, l'Espagne ont des résultats inférieurs à la France.
Que valent les études PISA ?
Ces évaluations se fondent sur des tests que doivent passer un échantillon représentatif
d’ 'adolescents de 15ans (il s’agit d'’une étude par tranche d’'âge et non par niveaux scolaires), les états ayant la possibilité d'’exclure une très faible proportion d’élèves en grande difficulté. Il est à noter que certains ont carrément triché en excluant un grand nombre d’élèves en difficultés (cas de la Corée du Sud qui a ainsi obtenu d’excellents résultats en 2003 !).
Les questions de ces tests sont majoritairement élaborées par un consortium de centres de recherche dirigés par un centre australien et dont les autres membres sont issus des pays suivants : États-Unis, Japon et Pays- Bas. La transparence n’est pas de mise : ce consortium garde secret l’immense majorité de ses questions, ne révélant que celles qui ont été rejetées ou ne sont plus utilisées.
La majorité de ces questions reflète l’'origine en grande partie anglo-saxonne du consortium : beaucoup de QCM, questions s’inspirant plutôt de la vie quotidienne que d’'exercices disciplinaires,… styles de questions avec lesquelles les élèves français (et de nombreux pays latins) ne sont pas familiarisés. En outre, il s’agit plus d’évaluer la façon dont les jeunes sont capables d’'exploiter leurs connaissances dans leur pratique quotidienne
(conception plutôt anglo-saxonne de l'’École) que leur niveau théorique dans tel ou tel domaine des Sciences ou des Lettres (conception plutôt en vigueur en France et dans les pays latins).
Des influences idéologiques sont perceptibles. Le commanditaire de ces études, l’'OCDE est une organisation à but économique et non éducative.

Le classement ici

Libellés :




Links to this post:

Créer un lien



<< Home

This page is powered by Blogger. Isn't yours?