29 mars 2008

 

Jean Toussaint Desanti, Les Idéalités mathématiques.

« D'où parle le mathématicien ? D'où vient-il ? Il n'est pas du Ciel, puisque son dire n'est jamais tout entier déjà dit. Il n'est pas de la Terre qui nous tient d'autres discours ; nous rencontrons » des cailloux et des arbres. Mais trois caillloux, deux arbres ? Jamais. Pour les voir, il y faut déjà quelqu ' opération.
On a beau enterrer Pythagore. Le sol qui le reçoit ne portera pas spontanément le fruit mathématique.
Quel est donc ce lieu où s'inscrit le texte selon lequel nait la stricte parole mathématique ? Mais parler ? Qu'est-ce que cela veut dire au juste ?
Qu'est le lieu de ta parole quand tu ne parles plus ?
Et ta « science », Archimède, que devint son lieu à l'instant même où ¾ dit-on ¾ sur la plage déserte, un soudard qui peut être ne parlait pas ta langue, t'a brisé la tête ?
Elle était écrite, en partie. Par chance ? Par nécessité ?
Et pourquoi, écrite, n'a-t-elle pas dormi, inerte et tranquille ?
Quel est dont ce lieu qui n'est ni Ciel ni Terre, où la Mathématique, produite, peut ne pas mourir? »


Jean-Toussaint Desanti est un philosophe français né le 8 octobre 1914 en Corse et mort le 20 janvier 2002.C'est d'abord un philosophe des mathématiques. Son œuvre maîtresse, Les Idéalités mathématiques, recherches épistémologiques sur le développement de la théorie des fonctions de variables réelles, paraît au Seuil en 1968.Jean-Toussaint Desanti a enseigné la philosophie dans les Ecoles Normales Supérieures d'Ulm et de Saint-Cloud ainsi qu'à la Sorbonne. Il a eu pour élèves Michel Foucault et Louis Althusser, dont il a fortement influencé l'engagement politique, et a dirigé notamment la thèse de Doctorat d'État de Jacques Derrida (1980) et celle de Souleymane Bachir Diagne.

Libellés :




Links to this post:

Créer un lien



<< Home

This page is powered by Blogger. Isn't yours?