03 mars 2009

 

Filles et garçons dans le système éducatif depuis vingt ans.

Les filles réussissent mieux leurs études, dans la plupart des pays développés, quel que soit le niveau d'enseignement et quelle que soit la filière ou discipline considérée. 68 % d'une génération de filles possèdent le baccalauréat contre 56 % pour les garçons. Les filles mènent des études plus longues. Elles sont plus souvent diplômées du supérieur. Les choix d'orientation divergent à chaque étape de la scolarisation : les filles sont sur-représentées dans les filières littéraires du secondaire et du supérieur, dans les filières professionnelles des services, dans les IUFM et dans les écoles paramédicales et sociales. A contrario, les garçons sont majoritairement présents dans les filières scientifiques et industrielles, notamment dans les IUT et les écoles d'ingénieurs. Les résultats scolaires diffèrent ainsi que les choix d'orientations en raison de motivations et de jugements eux-mêmes différents. À niveaux scolaire et social équivalents, ils sont à l'origine de ces disparités persistantes.
Source :INSEE

Peu de filles dans les filières techniques et scientifiques, peu de femmes dans les métiers scientifiques, en particulier en mathématiques, c’est de ce constat et de la volonté d’y remédier qu’est née en 1987 l’association femmes et mathématiques.

Elle compte actuellement environ deux cent membres, pour l’essentiel des mathématiciennes travaillant à l’Université ou dans des organismes de recherche et des professeurs de mathématiques de l’enseignement secondaire ou de classes préparatoires mais aussi des sociologues, des philosophes et des historiennes s’intéressant à la question des femmes dans les milieux scientifiques.

Ses principaux objectifs :

* Agir pour la promotion des femmes dans le milieu scientifique et plus spécifiquement mathématique.
* Encourager la présence des filles dans les études mathématiques et plus généralement scientifiques et techniques.
* Etre un lieu de rencontre entre mathématiciennes et enseignantes de mathématiques.

Cliquez ici pour télécharger une présentation détaillée de femmes et mathématiques avec ses dernières activités.


PS : Le chemin est encore long mais on a progressé ; en témoigne
cet extrait d'une pièce de Victor Hugo,aujourd'hui complètement subversif:
"Quand une femme règne, le caprice règne. Alors la politique n'est plus chose de calcul, mais de hasard. On ne peut plus compter sur rien. Aujourd'hui n'amène plus logiquement demain. Les affaires ne se jouent plus aux échecs, mais aux cartes."
(Marie Tudor, p.20, Oeuvres complètes de Victor Hugo, Éd. Nelson)

Libellés :




Links to this post:

Créer un lien



<< Home

This page is powered by Blogger. Isn't yours?