30 avril 2009

 

Nouveaux programmes de seconde:Pertinence des notions de statistiques.

Lu sur le forum de L'Académie de la Réunion :

"Certes, le monde de la politique et le monde de l’économie se nourrissent abondamment de statistiques. Faut-il pour autant leur accorder une si grande place dans l’enseignement de type lycée ?

A ce niveau, les activités que l’on peut proposer sont mathématiquement très pauvres, répétitives, parfois fastidieuses, pour tout dire, ennuyeuses. Certes, on essaye de les rendre un peu plus intelligentes en les habillant de commentaires qui se veulent pertinents, mais qui avec le recul apparaissent un peu niais.

Si on veut aller plus loin, on se voit vite contraint d’utiliser des notions hors de portée comme le fait le programme en introduisant la notion d’intervalle de dispersion empirique. Quel est l’intérêt de présenter un résultat dont on ne peut pas donner à ce niveau l’ombre d’une justification ? Notre devoir n’est-il pas davantage de former l’esprit que de bombarder des savoirs académiques ? Il m’avait d’ailleurs semblé que cela était l’une « des ambitions » du programme.

On peut effectivement de temps en temps être obligé d’admettre un résultat, à condition cependant qu’il soit suffisamment porteur et qu’il ouvre la voie à un grand nombre d’exercices, d’activités (pour être à la mode), permettant d’exercer le jugement et de pratiquer le raisonnement.

 Qui peut croire qu’il n’y a pas de choses plus intelligentes à faire faire à un adolescent de quinze ans, âge auquel on commence à prendre goût à la démonstration, que de lui faire observer que 95 % des moyennes des échantillons se trouvent dans un intervalle 
« sorti d’un chapeau » ? 
Que ces échantillons soient générés par un ordinateur ne rend pas l’exercice plus intéressant. Au contraire, cela le rend encore plus artificiel."

Libellés : ,




Links to this post:

Créer un lien



<< Home

This page is powered by Blogger. Isn't yours?