04 avril 2009

 

Victor Hugo

"Amis, ne creusez pas vos chères rêveries ;
Ne fouillez pas le sol de vos plaines fleuries ;
Et quand s'offre à vos yeux un océan qui dort,
Nagez à la surface ou jouez sur le bord.
Car la pensée est sombre ! Une pente insensible
Va du monde réel à la sphère invisible ;
La spirale est profonde, et quand on y descend,
Sans cesse se prolonge et va s'élargissant,
Et pour avoir touché quelque énigme fatale,
De ce voyage obscur souvent on revient pâle !"


HUGO (1802-1885)
La pente de la rêverie (Recueil : Les feuilles d'automne)

Note:
Pendant les congés scolaires,je vais nager à la surface ou jouer sur le bord,mais les publications continuent:
Pas de trêve pascale,le blog ne vaquera pas.


Libellés : ,




Links to this post:

Créer un lien



<< Home

This page is powered by Blogger. Isn't yours?