04 mai 2012

 

Vous avez dit marge d'erreur ?

C'est assez nouveau, les organes de presse et/ou les instituts de sondage se mettent, ces derniers jours, à publier les  marges d'erreurs liées à leurs estimations, qu'elles avaient largement passé sous silence jusqu'à présent . Voir par exemple ici , source de l'extrait suivant :
"D'après cette enquête réalisée après le débat de l'entre-deux-tours, l'avance du candidat socialiste reste légèrement au-delà des marges d'erreur statistiques (3,1 points pour un échantillon supérieur à 1.000 personnes"

Mais qu'est-ce qu'une marge d'erreur ?

 Concrètement, si on accorde, par exemple, 53 % des intentions de vote à un candidat avec une marge d'erreur de 2,5 points, au niveau de confiance de 95%, cela veut dire qu'on considère qu'il y a 95 % de chances qu'il obtienne, in fine, entre 50,5 % et 55,5 % des voix. (Cela ne veut pas dire que le résultat se situe au hasard dans cette fourchette. Le résultat de 53 % est le plus probable. Pour obtenir sa probabilité dans la fourchette, cela fonctionne comme une courbe de Gauss )

Quand on demande à un institut de sondage pourquoi il ne présente pas  à chaque fois les résultats comme une fourchette, deux arguments sont invoqués :
1)" Ce serait pénible pour nos partenaires de la presse écrite, mais encore plus pour nos partenaires de l'audiovisuel... Ce serait très lourd "
- La réalité est que si on annonçait X à 28,5 % et Y à 27,6 avec une marge d'erreur de 2,5 points, ce serait beaucoup moins vendeur qu'en passant la marge d'erreur sous silence.
2) " Les estimations sont réalisées par la méthode des quotas .
L’inconvénient majeur de la méthode des quotas est de ne pas permettre de calculer scientifiquement la marge d’erreur du sondage. Les lois statistiques qui permettent de la déterminer ne valent théoriquement que pour les sondages aléatoires."
- Argument fallacieux une fois de plus, car s'il est vrai que la méthode des quotas ne permet pas de calculer exactement la marge d'erreur, cela ne veut pas dire qu'elle n'existe pas  et on peut très bien majorer cette marge par celle qu'on obtiendrait avec un échantillon aléatoire .

Alors pourquoi publier les marges d'erreurs maintenant  et pas avant ?

Parce que tous les instituts donnent H entre 52 et 54 et S entre 46 et 48 .
Si on ne parle pas des marges d'erreurs maintenant, il n'y a plus rien à dire et par conséquent plus rien à vendre .

Libellés : ,




Links to this post:

Créer un lien



<< Home

This page is powered by Blogger. Isn't yours?