21 octobre 2007

 

Les arpenteurs du monde de Daniel Kehlmann


Présentation du roman:
L’un est le grand explorateur Alexander von Humboldt (1769-1859). Il quitte la vie bourgeoise, se fraye un chemin à travers la forêt vierge, rencontre des monstres marins et des cannibales, navigue sur l’Orénoque, goûte des poisons, compte les poux sur la tête des indigènes, rampe dans des cavités souterraines, gravit des volcans, et il n’aime pas les femmes.
L’autre est Carl Friedrich Gauss (1777-1855) “ Prince des Mathématiciens ” et astronome.
Il saute de son lit de noces pour noter une formule, étudie la probabilité, découvre la fameuse courbe de répartition en cloche qui porte son nom, calcule l’orbite de la planète Cérès avec une exactitude effrayante, et il déteste voyager.
Un jour, cependant, Humboldt réussit à faire venir Gauss à Berlin. Que se passe-t-il lorsque les orbites de deux grands esprits se rejoignent ?
Deux fous de science – leur vie et leurs délires, leur génie et leurs faiblesses, leur exercice d’équilibre entre solitude et amour, ridicule et grandeur, échec et réussite – rendus tangibles grâce à l’humour et l’intelligence d’un jeune prodige de la littérature allemande.

Tout cela brille d’intelligence, est traversé aussi par un pétillant esprit de dérision.
Jean-Claude Lebrun, L’Humanité

Ce roman à succès, je l’ai adoré, rien des conventions du best-seller : drôle, insolite, inquiétant, décalé plutôt, débordant d’imagination et pourtant fondé à 90% (!) sur des faits réels.
Michel Polac, Charlie Hebdo

L’Allemagne qui depuis Hoffmann ne nous avait pas donné un écrivain d’autant d’esprit que l’auteur des Arpenteurs du monde !Claude Michel Cluny, Le Magazine littéraire

Libellés :




Links to this post:

Créer un lien



<< Home

This page is powered by Blogger. Isn't yours?